Flixtrain -  L'entreprise

1   2   3   4 
News  Mediarail.be
Rapido...
Naissance des
  réseaux

Chiffres et
  gouvernance
  des réseaux

----------------------
Europe
Qui fait quoi ? 
L'action de
  l'Europe

Chronologie
  des paquets fer

Le renouveau 
  du secteur fer

Les réseaux
  RTE-T

----------------------
Signalisation
ERTMS-ETCS
GSM-R
----------------------
Nouvelles énergies
Batteries ou
  hydrogène ?

----------------------
Grande vitesse
Les principaux
  constituants

Matériel roulant
Maglev
Hyperloop

----------------------
Train local
Concepts
  généraux

----------------------
Fret ferroviaire
Les 3 secteurs
La logistique
Conteneurs
Route roulante
----------------------
Allemagne
Autriche
Belgique
Chine
Danemark
Espagne
États-Unis
France
Gde-Bretagne
Italie
Luxembourg
Pays-Bas
Rép. tchèque
Russie
Suède
Suisse




(Site non officiel / Not official website)
 Services voyageurs  >  Allemagne  >  Grandes lignes  >  Flixtrain
>  Flixtrain - HKX - Locomore - DB Intercity
>  RegioJet - Leo Express - CD Railjet
>  Autres privés réguliers : NTV Italo - Thello Avanti - Westbahn - MTR - Snälltåget - ILSA
>  ÖBB Intercity et Eurocity - ÖBB Railjet - ÖBB Nighjet - CFF - Trenitalia - PKP Intercity - Renfe - Ouigo España
Demain
L'auteur
Frédéric de Kemmeter 
Train & signalisation - Obser-vateur ferroviaire depuis plus de 30 ans. Comment le chemin de fer évolue-t-il ? Ouvrons les yeux sur des réalités complexes de manière transversale

Voir aussi :
• Mes photos sur la galerie Piwigo
• Ma chaîne YouTube
• Les dernières news actualisées sur mon blog
• Suivez-moi sur Twitter et LinkedIn
Le Flixtrain 1807 au départ de Hambourg-Hbf. Locomotive ES 64 U2-005 de MRCE, en livrée locataire (le 16 avril 2018, photo Mediarail.be)
Flixtrain est un nouvel opérateur de transport ferroviaire de passagers sur le segment grande ligne en Allemagne, dont le siège social est à Munich. Flixtrain est une filiale à 100% de FlixMobility GmbH, une société créée en juin 2017 mais qui vient de la reconfiguration de Flixbus, firme de transport par autobus créée en 2013 par Daniel Krauss, Jochen Engert et André Schwämmlein. La firme de bus s'est rapidement imposée comme le premier opérateur de bus longue distance en Allemagne puis en Europe, principalement en utilisant les flottes modernes d'autocars de divers partenaires. À la base, FlixBus est plus un pionnier du numérique qu'un opérateur de bus traditionnel. Techniquement, il s'agit d'une plate-forme numérique qui gère le marketing, la distribution de billets, la planification du réseau, la gestion des revenus et le service client pour les petits opérateurs de bus traditionnels en échange d'une part des revenus générés.

Flixtrain peut évidemment bénéficier des technologies numériques déjà utilisées par Flixbus pour l''optimisation des horaires et des offres aux passagers. Avec plus de 200 développeurs en son sein, Flixmobility affirme que le cœur de son activité réside dans la technologie et l'analyse des données pour améliorer l'expérience client, grâce notamment à l'apprentissage machine appliqué qui est utilisé pour la planification et la tarification du réseau et se traduit par de meilleurs horaires, des transferts optimisés et des connexions plus axées sur le client. «Cette optimisation de nos données nous permet d'afficher les meilleures options de voyage à nos clients avant de réserver», explique le directeur général Fabian Stenger.

Même si pour le rail, l'optimisation semble bien plus difficile que pour les bus. L'accès aux voies et la disponibilité de sillons attrayants, le manque de matériel roulant adapté et les frais d'infrastructure élevés restent tous des défis majeurs pour les nouveaux entrants. Cela n'a pas empêché Flixmobility de se lancer, avec des partenaires.
Caractéristiques

Opérateur : 
Filiale / Division : 
  
Branche :    
Segment commercial :
Transport international :
Premiers services :   
                  
                 
Type de train : 
Constructeur(s) :
 
Traction :

Siteweb officiel : 
Réseaux sociaux : 

Entreprises similaires : 
FlixTrain GmbH
Filiale 100% de FlixMobility GmbH
Transport voyageurs
Grande ligne
Non
Août 2017

Rames tractées
Matériel de partenaires
Variée

https://www.flixtrain.com/
Facebook

Regiojet, Transdev Suède
La naissance
Andre Schwammlein (photo) et Daniel Krauss, deux camarades de classe en Allemagne, sont partis à l'étranger pour des études supérieures dans les années 1980. Après un certain temps, Krauss est revenu à Munich pour travailler chez Microsoft Corporation. Schwammlein est également revenu plus tard et a travaillé comme consultant en stratégie en Allemagne. Un troisième comparse, Jochen Engert, doctorant à l'Otto Beisheim School of Management, Allemagne, avait de l'expérience dans l'organisation de voyages en bus en Europe. Lors de leur visite dans différents pays, Schwammlein et Engert avaient observé que si la plupart des pays européens disposaient depuis longtemps de bus interurbains (autocars longue distance), ce type de service était pratiquement inexistant en Allemagne...

L'idée d'une compagnie de bus est née vers 2011 alors que Jochen Engert et Andre Schwämmlein occupaient des postes de consultant chez Boston Consulting Group. Ils échangèrent de nombreuses idées les uns les autres avec Daniel Krauss, qui travaillait toujours chez Microsoft. Leur idée a mûrit plus tard avec la déréglementation des bus longue distance introduite en Allemagne en 2013, où des entreprises privées étaient dorénvant autorisées à vendre des voyages et à ainsi concurrencer directement la Deutsche Bahn. Au lancement, ils sont loin d'être les seuls car déjà en 2012, le concurrent MeinFernbus obtenait un permis spécial et se lançait dans les bus privés interurbains. Un autre concurrent notable était le CarPostal, une initiative lancée par DHL. Qu'est-ce qui a permis à FlixBus de devenir le leader absolu du marché européen, malgré une concurrence financièrement puissante et débutante ? Son modèle léger, où la start-up gère la vente et le réseau, mais où l'opérationnel est délégué à des partenaires propriétaires de "vrais" bus. Une opération win-win : peu d'investissements pour Flixmobility (du moins au départ), et des entreprises partenaires qui trouvent du travail toute l'année et un site web unique pour les réservations.
Le business model de Flixtrain diffère fondamentalement de ses autres "collègues" nouveaux entrants. On a affaire ici avec un modèle économique unique, qui combine la technologie numérique avec une entreprise de transport traditionnelle. Contrairement aux entreprises de transport traditionnelles, FlixMobility ne posséde pas de flotte de bus ni de train. La start-up gère simplement la technologie, le marketing, les communications, les ventes, l'informatique, la billetterie, la gestion de la qualité, le service client et la planification du réseau. La responsabilité de posséder des bus, d'embaucher des chauffeurs, d'exploiter et d'entretenir les bus incombe aux entreprises de bus de toute l'Europe, qui sont dès lors partenaires de FlixMobility. Il en fut de même avec les trains, mais ce fut plus difficile. Le coeur de l'entreprise se situe néanmoins dans son secteur digital, qui fait appel à des centaines de développeurs, un métier qui justement attire les jeunes...
Des bus et des trains
L'idée est de faire du train à la manière de Flixbus mais différemment de la Deutsche Bahn, mais avec une différence essentielle par rapport à ses prédécesseurs HKX et Locomore : pas d'actif en propre, et une puissance de feu en marketing et ticketing grâce à l'énorme masse de données provenant des clients Flixbus.

Flixbus se lance alors dans la remise en selle de Locomore, une start-up berlinoise qui fît faillite en mai 2017, et qui s'était lancée dès décembre 2016 sur un aller-retour Berlin-Stuttgart pour concurrencer la Deutsche Bahn. Cette reprise est pour Flixbus un test, avec l'appui technique du privé tchèque Leo-Express. C'est apparemment une réussite qui convainct de créer Flixtrain. « FlixBus va s'appuyer sur sa plate-forme et sa puissance marketing pour conquérir assez de clients et pérenniser ainsi le service Locomore » déclarait André Schwämmlein, l'un des patrons de Flixtrain (photo ci-dessus).

>>> Voir la page 4 pour davantage de détails sur les bus, le marketing, le digital...
De la start-up à la scale-up
Série D, Série E, Séries F, le dico des starts-up... 
Pas de start-up sans tour de table pour le financement. On entre dans un autre monde que celui traditionnel des banques. Les levées de fonds supplémentaires portent une lettre. Elles ont pour objectif de soutenir une croissance et une mise à l'échelle encore plus grande. La start-up a démontré certains succès à l'international et passe à une vitesse encore plus grande, sur encore plus de marchés. Les acquisitions potentielles peuvent être nettement plus importantes. Et l'argent levé dépasse les 20 millions d'euros jusqu'à plusieurs centaines de millions d'euros dans les séries D, série E et F. De l'avis des experts, peu de starts-up arrivent aux E ou F...

Ce qui était jadis une startup créée en 2011 est devenu aujourd'hui FlixMobility GmbH, siège social à Munich, avec ses marques FlixBus et FlixTrain, établissant le plus grand réseau de bus longue distance d'Europe depuis le début en 2013 et intégrant ses premiers trains longue distance en 2018. Au niveau finances, au début, des business angels et des sociétés de capital-risque participèrent au financement. Les investisseurs actuels sont Silver Lake, (le plus grand investisseur technologique au monde), General Atlantic, Holtzbrinck Ventures et Daimler. En juillet 2019, Flixmobility levait un cycle de financement de série F, codirigé par TCV et Permira avec la participation de l'investisseur de longue date Holtzbrinck Ventures, pour un montant tournant selon les sources autour de 561 millions de dollars. 
Mais aussi les réalités du monde de l'entreprise... 
Passer de la joyeuse start-up à l'entreprise apporte son lot de surprises. Flixmobility déclarait ainsi que de nombreuses lois allemandes sur la constitution des entreprises ou sur la santé et la sécurité au travail étaient dépassées ou, à tout le moins, inadaptées aux start-up. L'entreprise munichoise a dû ainsi se frotter au salaire minimum et à la difficulté d'embaucher suffisamment de personnel. Et d'ajouter : « Sans de bons contacts en politique, presque rien ne fonctionne - que ce soit à Berlin, à Bruxelles ou même à Washington. »
Quel support de l'État ?
L'État allemand a-t-il confiance dans l'émergence d'un autre chemin de fer ? C'est toute la question. Selon Flixmobility, les sujets innovants ne sont pas encore assez discutés avec des startups en tant qu'experts. Au lieu de cela, on se concentre fortement sur l'opinion des industries traditionnelles, ce qui influe sur la politique des transports. Les jeunes entreprises voient également des défis majeurs avec l'absence de base juridique pour les sujets innovants, de l'influence du lobbying  et de l'égalité juridique des secteurs établis. Les entreprises en démarrage qui traitent de sujets très innovants se trouvent souvent dans une situation où il n'y a pas ou presque pas encore de base juridique.

Dans un autre sujet, l'année 2020 a été vécue en Allemagne comme si la politique parlait au singulier, en ce qui concerne le paquet climatique puis les vifs débats concernant la rehausse du plafond de la dette et les milliards de subsides dont devrait bénéficier la Deutsche Bahn. Flixtrain a souvent été virulent avec la grande maison nationale et a porté plusieurs plaintes devant les tribunaux. 
Le climat, c'est l'affaire de tous
« Dans le paquet climat récemment adopté par le gouvernement allemand [ndlr : en 2019] avec des subventions massives pour la Deutsche Bahn, nous voyons naturellement cette évolution menacée », déclare André Schwämmlein. Le gouvernement allemand doit veiller à ce que les nombreux milliards soient effectivement investis dans l'expansion du rail afin que tous les concurrents puissent en bénéficier. Une concurrence efficace permettrait non seulement d'augmenter le nombre de voyageurs, mais aussi la qualité du service, ce qui contribuerait à une amélioration durable de la mobilité. Déjà aujourd'hui, tous les trains FlixTrain fonctionnent avec une électricité 100% verte issue de l'éolien et de l'hydroélectricité à partir d'énergie verte, explique Flixmobility.
La bataille des portails web
« Bahn.de est la plate-forme d'information centrale pour les clients et est légalement obligé de montrer toutes les options de voyage en train », expliquait André Schwämmlein lors d'une plainte déposée le 31 juillet 2018 devant le tribunal régional de Hambourg. L'objet du litige : sur son portail Bahn.de, la Deutsche Bahn montre bien les prestations des transporteurs régionaux, y compris ceux en concurrence face à DB Regio, tandis que les prestations prix de Flixtrain sont absentes du portail, où l'on ne voit que les horaires, sans autres informations. L'apparition des concurrents de DB Regio sur Bahn.de doit probablement être lié au fait que différents opérateurs, dont DB Regio, sont sous contrat d'une autorité organisatrice. Les opérateurs régionaux sont ainsi considérés comme "partenaires" d'un ensemble géré au niveau d'un Land, ce qui n'est pas le cas de Flixmobility qui agit en open-access sans contrat sous une quelconque autorité. L'obligation légale consiste à interpréter le portail Bahn.de comme un service public ouvert à tous les opérateurs, ce qui est contesté par Deutsche Bahn... 

Fin des partenariats et refonte de la politique ferroviaire
La pandémie avait fait mal aux contrats et aux partenariats d'exploitation, notamment sur la responsabilité des uns et des autres en ce qui concerne le risque commercial. Lors du confinement du printemps, Leo Express souhaitait poursuivre l'exploitation des Stuttgart-Berlin, ce que ne voulait pas Flixtrain. Entre les deux partenaires, les litiges devinrent nombreux et le FLX 10 Stuttgart-Berlin ne roula jamais. Il fut - et reste -, très difficile de départager les deux opinions sur la cessation du partenariat, mais clairement le risque commercial est le principal enjeu de cette situation. Leo Express annonçait la fin du partenariat avec Flixtrain en novembre 2020, sécurisant par la même occasion sa license d'opérateur ferroviaire indépendant. 

Sur un autre registre, en décembre 2020, la firme munichoise déposait une plainte devant la Commission européenne contre l'aide fédérale en capital à la Deutsche Bahn. À l'instar d'autres concurrents ferroviaires, Flixmobility craint que les milliards d'aides en capital ne faussent la concurrence et ne poussent même les entreprises à quitter le marché. L'année 2020 ? C'était clairement à oublier...
2021 : la reprise
Les deux pauses corona ont fait débat quant à la capacité des nouveaux entrants à rester sur le marché en cas de problèmes. De son côté, les critiques ont plu sur la Deutsche Bahn qui faisait circuler ses ICE avec à peine 10% de voyageurs à bord, aux frais de l'État. L’entreprise s'en serait bien sortie financièrement à la suite de la pandémie, orchestrait André Schwämmlein. Toutes les zones métropolitaines étaient désormais connectées. « Nous sommes un élément central du redressement du trafic allemand », déclarait le patron de Flixmobility au Spiegel. 

En juin 2021, Flixmobility levait 650 millions de dollars dans un nouveau tour de financementCela portait la valorisation de Flixmobility à 3 milliards de dollars. Ce tour de financement consistait en un mélange de capital et de crédit, avec des investisseurs existants tels que Holtzbrinck Ventures, General Atlantic, Permira, TCV, HV Capital, Blackrock et Baillie Gifford. Mais aussi avec le nouvel investisseur Canyon Partners, démontrant que le secteur de capital-risque émet une grande confiance en Flixmobility.

Outre la levée de fonds, Flixtrain changeait aussi son fusil d'épaule quand à la détention d'actifs. C'est ainsi que le loueur Railpool, plutôt orienté sur la leasing de matériel de traction, est devenu un "partenaie financier" de Flixmobility. Railpool a acquis d'anciennes voitures DR à compartiments qui furent converties en voitures coach à grande capacité par la firme Talbot d'Aix-la-Chapelle. Dans le projet FlixTrain, Talbot Services GmbH modernise les voitures du groupe Railpool et, dans le cadre de la location des voitures pendant 15 ans, assume un service complet, y compris la propriété et la responsabilité ECM (entité en charge de la maintenance).

>>> Voir notre page 2 pour ces "nouvelles" voitures reconverties

Les mois de mai et juin 2021 furent donc riches en reprise de trafic et offres nouvelles, dont un train toutes les deux heures de Leipzig à Hambourg. Mais cette reprise démarra d'abord en Suède, par la mise en place de la liaison Stockholm-Göteborg, en courrence avec les SJ nationaux et... MTR, un autre entrant. En ce qui concernait l'Allemagne, par rapport à la Deutsche Bahn, l'offre restait encore dérisoire : un total de 9 trains Flixtrain contre 300 ICE de la Deutsche Bahn, pas de quoi renverser le géant national...

>>> Voir notre page 3 pour plus de détails sur les itinéraires 2021.

1   2   3   4 
Dernière mise à jour 03/06/2021
Mentions légales          Contact : info[at]mediarail.be