Moscou - Nice : le moderne D17/D18
1   2   3   4 
News  Mediarail.be
Hier
Aujourd'hui
Passage en Autriche du Nice-Moscou de retour, du côté de Leoben. Une Taurus ÖBB en tête (photo de Unci Narynin via flickr CC BY-NC-SA 2.0)
Les express D17 et D18 
Le train Moscou-Nice porte déjà un numéro succint : le D17, son retour étant le D18. Il s'agit d'un train complet sans changement de composition, à deux exceptions près : les locomotives aux frontières, et la voiture restaurant qui s'échange à Brest (frontière biélorusse) contre une voiture polonaise. Au total, jusqu'à 12 voitures maximum pour un trajet de près de 3.319 kilomètres. Côté traction, les RZD comptent sur chaque réseau traversé. Seul le service public est utilisé, avec des locomotives des PKP, CD, ÖBB, Trenitalia et SNCF. Les voitures-lits sont russes mais de construction autrichiennes, comme nous le détaillerons plus loin. Le kilomètrage exact varie selon les sources disponibles. 

Demain
Ainsi, l'horaire 2015 visible ci-dessous ne montre aucun arrêt à Salzbourg et le trajet semble direct entre Linz et Innsbrück. Comme le montre la carte ci-contre, le train traverse sept pays, et même huit si on compte la courte traversée de la Principauté de Monaco : l'arrêt à Monte Carlo a d'ailleurs été rétablit en 2011, près de cent ans après les derniers trains de Saint-Petersburg, en 1917...

Succès commercial 
La remise en service hebdomadaire d'un tel train est un pari audacieux, d'autant que 4 heures d'avion suffisent de Moscou à Nice pour les vacanciers chics de Russie. Mais le train semble toujours avoir la faveur d'une certaine clientèle. Selon les chiffres disponibles, de janvier à octobre 2014, plus de 20.000 voyageurs auraient fait le trajet complet, en augmentation de 20% par rapport à 2013 selon la SNCF, qui exploite cette ligne avec les Russes des RZD. « La ligne est très majoritairement empruntée par des Russes parce qu’ils ont une tradition des longs voyages en train, et pas les Français », indiquait à la presse, Marc Svetchine, directeur des grands projets Russie SNCF. Différentes sources indiquent par ailleurs que 10% des voyageurs n'empruntent ce train que sur un trajet partiel. Cette renaissance d'un train de nuit tranche avec la déconfiture observée partout en Europe, même chez les plus volontaires. L'option « train pas comme les autres » semblent être une réponse à leur survie.
>>>
Site web officiel avec les horaires actualisés à ce lien
>>>
Vidéo le départ du train de Minsk, Biélorussie
>>>
Vidéo du changement de bogies à Brest (frontière Biélorussie/Pologne)
>>>
>>>
Vidéo le changement de locomotive à Bohumin
Vidéo : à toute vitesse en Tchéquie
Vidéo du train partant de Wien-Meidling
>>>
>>>
>>>
Vidéo du train à Brennero, gare frontière entre l'Italie et l'Autriche
>>>
Vidéo l'arrivée du train à Nice
Vidéo du train départ de Nice
3.319 kilomètres, trois courants et deux écartements de voie ! 
Il débute à la gare moscovite de Belorusskaja (Bielorussie) sous 3kV et à l'écartement 1.520mm qui sera conservé jusqu'à la frontière polonaise. On remarque que la Biélorussie a converti son courant caténaire en 25kV. A Brest, il y a un échange de bogies avec ceux à l'écartement standard européen (1.435mm), ainsi qu'un échange des attelages, héritages du passé. Pour rappel, des voies à écartement russe arrivaient jadis jusqu'à Varsovie, une situation terminée depuis longtemps. A chaque frontière intervient un changement de locomotive. La voiture restaurant polonaise PKP est attelée à Terespol. Le trajet pique vers le sud-ouest via Katowice puis la Tchéquie qui est "bi-courante" 3kV / 25kV selon les lignes, avant l'arrivée à Vienne, cette fois sous le 15kV des ÖBB. L'Autriche est traversée d'Est en Ouest et le trajet de Salzbourg à Innsbrück s'effectue non pas via le Korridorzug de Kufstein, mais via Zell am See, allongeant le temps de parcours.  
L'arrivée en Italie se fait par le Brenner avec encore un échange de locomotive, pour le 3kV italien. Le D17 va subir deux demi-tours, l'un à Vérone, l'autre à Gènes. Pour en éviter un troisième, le train passe par la gare de Milan-Rogodero. L'ultime parcours est le plus beau : ce sont les 187km le long des côtes italiennes jusqu'à Vintimille où a lieu le dernier échange de locomotive. Passage au 25kV de la SNCF et arrivée à Nice. Cette fois on y est...
Un parcours de 47h16 en 2015 
Les horaires ont grandement évolués. A l'origine, le D17 démarrait en soirée de Moscou à 19h00, de sorte que toute la partie russe et belarusse se faisait de nuit. Le nouvel horaire de 2015 a inversé les choses avec une desserte de jour de toutes les villes russes. L'arrivée à Brest se fait maintenant de nuit, où l'échange de bogies et des attelages prend en 2015 deux heures au lieu d'1h10 dans l'ancien horaire. Revers de la médaille, on a droit aussi à une visite tardive des agents de l'immigration. On en profite pour retirer la voiture-restaurant des RZD, qui sera remplacée à Terespol, en Pologne, par une voiture des PKP. Autre particularité hivernale : le décalage horaire Pologne/Biélorussie est de deux heures. La Pologne, contrairement à l'horaire 2010, est traversée de nuit avec une attente curieuse de près de trois-quarts d'heure à Varsovie Wschodnia. Cette traversée nocturne rend peut-être le voyage moins lassant, la Pologne n'étant pas réputée pour ses paysages exceptionnels. Des arrêts de trente minutes sont encore observés à Bohumin, première ville tchèque rencontrée, avant une arrivée en début de soirée à Břeclav puis Vienne. Dans cette dernière, deux gares furent à l'origine desservies : Meidling et Westbahnhof. Ces arrêts sont devenus inutiles avec l'inauguration de la toute nouvelle et moderne Hauptbahnhof, raccourcissant du coup le kilomètrage total du parcours d'une poignée de kilomètres... 

Comme dit précédemment, l'horaire 2015 et sa traversée nocturne de la Pologne offre en contrepartie l'avantage d'offrir de très beaux paysages par une traversée de toute l'Autriche en journée, alors que l'horaire de 2010 était nocturne. En revanche, ce dernier permettait de vendre des Vienne-Riviera en une nuit de confort, en desservant toutes les stations à des heures agréables. Ce n'est plus le cas avec l'horaire 2015 puisque l'arrivée à San Remo est très matinale alors que le soleil se fait tardif en cette période d'hiver. Cette traversée nocturne de l'Italie du Nord permet de mieux encaisser les 20 minutes de demi-tour imposés par deux fois, à Vérone et à Gènes. 

La desserte de la Côte d'Azur revient aux fastes des années 1900 puisque outre Menton, Monte Carlo revient au devant de la scène des destinations russes. L'arrêt a été remis en service dès décembre 2011, alors que le dernier Saint-Petersbourg-Cannes s'y était arrêté en...1917. La destination finale reste maintenant Nice-Ville, le train étant garé à Cannes-La Bocca pour l'entretien. Parti le jeudi de Moscou, le D17 arrive le samedi matin à Nice. Il en repartira le lendemain soir dimanche, sous le numéro D18, pour une arrivée le mardi dans la capitale russe...
1   2   3   4