Innovation technologique - Le fret ferroviaire
>  Innovation technologique  >  Fret ferroviaire
News  Mediarail.be
> Les technologies accessibles à court terme : RFID, attelages automatiques, bogies, transbordement, Cargo Beamer,...
> La prospective à plus long terme : Carex, NTG Cargo...
> Le wagon intelligent de CFF Cargo
Hier
Quelles innovations ?
À l’Innotrans 2016, le directeur général de l’Association allemande des sociétés de transport VDV, le Dr Martin Henke, mettait en garde contre la trop grande lenteur d’innovation. « L’innovation dans le transport ferroviaire a besoin de davantage de fonds publics pour suivre le rythme avec les autres modes de transport ». Mais l'industrie fournit-elle suffisamment d'efforts technologiques ? Car le bon vieux wagon de marchandises reste de nos jours un assemblage basique composé de quelques poutrelles métalliques soudées et posées sur deux essieux ou deux bogies. Jusqu'à présent, le maître mot du wagon de marchandise a été robustesse et moindre coût. Raison pour laquelle le wagon n'a toujours pas de frein à disque, ni de câblage électrique, ni d'attelage automatique, ni de feux d'extrémités ni... rien du tout en fait. Le wagon ainsi conçu depuis près de 150 ans demeure un engin pas trop cher à l'achat mais très onéreux à l'exploitation, demandant d'importantes ressources en hommes et matériel pour le mouvoir, le découpler, le raccoupler et l'amener chez le client. C'est aussi le mobile ferroviaire le plus bruyant étant donné la suspension minimaliste qu'on lui procure au niveau de ses essieux.

Il existe deux pôles distincts dans l'innovation ferroviaire :
- un pôle à court terme utilisant des technologies applicables rapidement sans modifier les paramètres fondamentaux de l'écosystème ferroviaire
- un pôle de recherche à plus long terme visant une modification profonde des paramètres de l'écosystème ferroviaire

Les innovations ferroviaires dont il est question à cette page tentent sont avant tout des technologies accessibles à court termes, et appliquées sur des wagons existants ou n'ayant pas subit de transformations radicales. On reste dans le cadre du wagon de marchandise classique, mais on améliore le roulement, les attelages, la maintenance prédictive ou encore le transbordement.
Aujourd'hui
Demain
xx
Les technologies accessibles à court terme
Les recherches actuelles sur une amélioration des wagons reposent sur les éléments principaux suivants : 
Attelages automatiques
Il n'a jamais été appliqué en Europe mais bien dans le reste du monde. L'attelage automatique est une demande récurrente de l'industrie

>> en savoir plus
Bogies silencieux
Sa grande simplicité en fret en fait un bogie bruyant. On devrait lui appliqué une nouvelle forme de frein et une meilleure inscription dans les courbes

>> en savoir plus
Capteurs & RFID
Il est devenu indispensable de savoir où se situe à tout instant un wagon, quel est son état et l'état de la marchandise. Les capteurs devraient aider à cela

>> en savoir plus
Transbordement
Diverses formes de trans-bordement sont apparues ces dernières années pour vider un wagon le plus rapidement possible. Etat des lieux

>> en savoir plus
xx
Le wagon intelligent des CFF
Au début 2017, CFF Cargo a présenté un « wagon du futur » dit « 5L », comportant cinq innovations technologiques. Selon ses concepteurs, ce wagon serait « leise» (silencieux), «leicht» (léger), «laufstark» (performant), «logistikfähig» (adapté aux exigences logistiques) et «life-cycle-kostenorientiert» (orienté sur le coût du cycle de vie). Il s’agit en fait d’un wagon porte-conteneurs équipé de plusieurs composants innovants, parmi lesquels des bogies réglables au niveau radial plutôt que montés de manière fixe, un dispositif qui réduirait à la fois le bruit et l’usure. Autre innovation, pour un wagon de marchandise européen : l’équipement (enfin !) d’un attelage automatique, en vigueur depuis des décennies en Russie, aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde. Les bogies seraient aussi équipés de frein à disques, réservés jusqu’ici aux voitures-voyageurs, permettant de réduire le bruit de 5 à 10 décibels. Pour arriver à ce résultat, CFF Cargo a obtenu le soutien de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) et l’Office fédéral des transports (OFT) et a collaboré avec le cercle d’innovation technique du fret ferroviaire (Technischer Innovationskreis Schienengüter-verkehr, TIS) et plusieurs fabricants de composants. 
Le projet, qui courrait sur quatre ans, mettra en service des wagons devant parcourir au moins 400 000 kilomètres, dans un premier temps uniquement en Suisse.
xx
Au-delà du train 
Les scientifiques du DLR commencent à présent à développer un concept logistique et opérationnel détaillé pour la conception des terminaux de transbordement ainsi que de travailler sur l’architecture du véhicule et le concept de motorisation autonome. Car il ne suffit pas de concevoir un beau train : il faut que le reste suive, et la logistique automatisée de petits – ou grands – conteneurs est aussi un autre défi. 
 
On suivra avec attention ces évolutions futuristes. Pour l’heure, on n’en est encore à spéculer sur le wagon traditionnel que l’on tente de rendre intelligent et qu’on essaye de rendre moins bruyant. C’est évidemment plus simple mais c’est aussi moins coûteux et plus accessible à court terme. En attendant….
xx