(site non officiel)
News  Mediarail.be

Hier
Organisation de l'entreprise
Fin 2017, Infrabel disposait de cinq filiales dans lesquelles elle détient une participation majoritaire : 
• TUC RAIL SA, active en matière d’études et de travaux d’infrastructure ferroviaire (99,98 %). Infrabel a en effet repris les parts de Transurb SA dans TUC RAIL SA durant l’exercice 2017;
• le Centre de Créosotage de Bruxelles SA, actif dans le domaine de l’imprégnation de traverses (51 %) ;
• SPV Brussels Port SA (100 %) ;
• SPV Zwankendamme SA (100 %) ;
• SPV 162 SA (100 %).

Au niveau interne, le gestionnaire compte cinq zones : Centre, Noord-Oost, Noord-West, Sud-Est et Sud-Ouest, dans une répartition équitable entre les trois régions du pays (2 en Wallonie, 2 en Flandre et une couvrant Bruxelles et ses environs immédiats). À ces zones se superposent  - depuis le 1er janvier 2008 -, 13 GRI-R (Gestions Régionales Infrabel Réseau) qui remplacent l’ancienne organisation SNCB en 19 régions.
Aujourd'hui
Demain
Cinq ateliers à l'origine
Chacun des ateliers remplit une mission spécifique: l’atelier de Bascoup construit les appareils de voie (aiguillages), l’atelier de Schaerbeek réalise notamment les longs rails soudés, l’atelier d’Etterbeek fabrique et entretient le matériel électrique tandis que les ateliers de Roulers et Wondelgem se chargent respectivement des articles en béton et des traverses et pièces de bois. L'atelier d'Etterbeek à depuis été transféré à Schaerbeek en 2009.
2005 : l'héritage
Le 1er janvier, Infrabel nacquit officiellement, reprenant l'ensemble du personnel, du matériel d'entretien et des activités jusque là dévolue à SNCB Infrastructure, qui disparaît. Le réseau TGV a déjà 2 lignes en exploitation. Le RER est encore nulle part. Infrabel hérite ainsi de 368 cabines et 250 sièges de travail répartis dans tous les pays, avec une gestion des stocks peu efficace et l'absence d'une culture managériale moderne. Dans l'escarcelle également, toutes les gares à l'exception des 37 plus importantes, gérées par B-Holding, ainsi qu'un grand nombre de faisceaux, de gares de formation, de voies d'accès et d'une quantité non négligeable de terrains appartenant au domaine ferroviaire. L'ensemble était géré à l'aide de 8.000 signaux et 12.800 appareils de voie (aiguillages, traversées jonction,...).
Mission
En tant que gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire belge, Infrabel assure l’entretien, la gestion et l’extension de celle-ci ainsi que des systèmes de régulation et de sécurité. Elle organise et contrôle le trafic des trains. Elle veille également à gérer les "fonctions essentielles" au sens du droit européen, telles que la répartition et l’attribution des capacités d’infrastructure ainsi que la tarification et la perception des redevances. Dans ce cadre, Infrabel garantit un accès équitable et non discriminatoire au réseau belge à tout opérateur en possession d’une licence et d’un certificat de sécurité.

>>> Voir la page officielle de présentation
2008 : le plan stratégique BRIO
Le plan stratégique BRIO (Belgian. Railway Infrastructure Objectives), approuvé par le Conseil d’Administration d’Infrabel de 
décembre 2007, avait pour but de préciser que la mission de l’entreprise était de mettre à disposition une infrastructure ferroviaire compétitive, contribuant ainsi activement à une mobilité durable au service du développement économique et social belge.